Dépôt de catalyseur sur différents supports

, par Valérie Meille, Stephanie Pallier, Philippe Rodriguez, Miriam Pastor Franco, Isabelle Fournel

Le laboratoire a développé un savoir-faire concernant le dépôt de catalyseurs sur des objets de forme variable (tubes, monolithes, billes, mousses...). Les propriétés recherchées sont : la facilité de mise en oeuvre de l’objet dans le réacteur, l’amélioration des transferts de matière ou de chaleur par rapport à un catalyseur en grains...

Ainsi, en fonction des réactions chimiques étudiées et des réacteurs à mettre en oeuvre, les matériaux des objets varient :
- SiC, aluminium pour de bons échanges de chaleur
- verre pour les milieux corrosifs ou des applications en photocatalyse ...
- ou plus classiquement l’acier inoxydable et la céramique.

Les catalyseurs (ou supports de catalyseur) déposés varient eux aussi en fonction des applications :
- oxydes mésoporeux (alumine, silice, oxyde de titane)
- carbone
- catalyseur "fini" (oxyde mixte ou métal noble supporté)

La méthode de dépôt (sol-gel, suspension, polymère...) dépend évidemment du couple "objet à enduire/catalyseur à déposer" et de l’épaisseur de dépôt visée.

Les suspensions/solutions précurseurs du dépôt sont analysées par différentes méthodes disponibles au laboratoire (zétamétrie, granulométrie, rhéologie...). Le dépôt fini est caractérisé par visualisation au MEB et mesure de surface spécifique (physisorption d’azote).

Quelques exemples de dépôts figurent ci-dessous :